Champagne Louis Roederer

Louis Roederer : une légende familiale

Fondée en 1776, notre Maison revient aux mains expertes de Louis Roederer en 1833. Esthète et entrepreneur, l’héritier prend alors le parti visionnaire d’enrichir son vignoble pour contrôler toutes les étapes de l’élaboration du vin. Il forge ainsi un style, un esprit et un goût singuliers. Au milieu du XIXe siècle, en faisant l’acquisition de vignes choisies sur les terres des Grands Crus de Champagne, Louis Roederer agit à contre-courant des usages de l’époque. Il chérit son vignoble, décrypte le caractère de chaque parcelle et acquiert méthodiquement les meilleures. Avec l’idée qu'un grand vin trouve sa source dans la terre, avec l’amour de la tradition et le regard éclairé qu’il porte sur l’avenir, Louis Roederer trace ainsi un destin d’exception à la Maison qui portera désormais son nom.

Un grand vin trouve sa force dans la terre

En successeur éclairé de son père, Louis Roederer II est animé par la même vision du champagne, la conception patrimoniale du domaine, la même audace. Il puise aussi son inspiration dans l’amour des livres et des dessins qu’il collectionne avec éclectisme. Dès les années 1870, les vins de la Maison Louis Roederer voyagent jusqu’aux Etats-Unis et sont servis à la table d’Alexandre II, Tsar de Russie. Homme de goût, chercheur invétéré, Louis Roederer II crée pour ce dernier un nouveau champagne. En même temps, sous le nom de « Cristal », il lance une idée nouvelle : la première « cuvée de prestige », née en 1876 d’un savant assemblage des crus choisis au coeur du domaine. Pour ce « Champagne des Champagnes » et son service à la cour, un flacon transparent à fond plat est conçu par des maîtres verriers flamands. Sa subtilité et son élégance font depuis lors la réputation d’excellence de la Maison Louis Roederer.

Toutes cuvées confondues, des centaines de milliers de bouteilles de Louis Roederer cheminent alors chaque année vers Moscou, Saint-Pétersbourg, New York ou Washington. Elles enrichissent également les fêtes des principales capitales européennes. Le mouvement tragique de l’Histoire du début du XXe siècle mettra fin à cette euphorie. La Première Guerre mondiale détruit plus de la moitié du domaine. Le nouvel héritier de la Maison Louis Roederer, Léon Olry Roederer, aura à coeur durant les années 1920 de reconstruire le vignoble. Avec un instinct et un goût sûrs, il crée notamment un vin très équilibré, dont l’accord constant et délicat de plusieurs millésimes est la promesse d’une qualité toujours parfaite. Il dessine les contours du futur Brut Premier. Ce bel assemblage, fruit du beau vignoble restauré, contribuera grandement à la renaissance de la Maison Louis Roederer.

À la recherche de l’oeuvre
depuis plus de deux siècles

Une femme forte

Après son décès, à partir de 1933, son épouse Camille dirige la Maison avec une intelligence brillante et une énergie remarquable.  Passionnée de courses de chevaux, propriétaire d’une écurie parmi les plus célèbres du monde, elle est aussi mécène avertie et renoue avec la dimension festive et le plaisir du champagne. Avec un panache reconnu, Camille Olry Roederer multiplie les réceptions dans l’hôtel particulier familial à Reims. Ces soirées, où l’on célèbre la magie des rencontres, les artistes, la jeunesse, marqueront l’histoire de la Maison et rallieront  à la dégustation du champagne une nouvelle génération d’épicuriens éclairés.

Œnologue, ingénieur agronome, son petit-fils Jean-Claude Rouzaud va veiller, à sa suite, à l’intégrité du domaine. Il entreprend un travail inspiré de remembrement du vignoble, limite la production et, en oeuvrant avec passion, il cultive plus que jamais l’esprit d’exigence inventive qui fait toute la personnalité de la Maison.

Il imprime aussi un développement et une diversification remarquable à Louis Roederer grâce à la création d’un très beau vignoble au nord de la Californie, à l’acquisition du Champagne Deutz, des Portos Ramos Pinto et à la réhabilitation de deux jolies propriétés à Saint-Estèphe : Château de Pez et Haut-Beauséjour. Son intérêt se portera aussi en Provence, sur les vignobles des Domaines Ott* dont les vins prennent brillamment part au succès qui couronne les trente ans de Jean-Claude Rouzaud à la tête de l’entreprise familiale.

La 7ème génération

Toujours indépendante, toujours familiale, la Maison Louis Roederer est aujourd’hui dirigée par le fils de Jean-Claude, Frédéric Rouzaud, qui représente la septième génération de la lignée à la tête d’un domaine de 240 hectares situé dans les Grands et Premiers Crus de la Marne. Il marquera son arrivée à la tête de la Maison par un coup d’éclat : le Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande rejoint le groupe en 2006. Avec le même sens de la qualité, une inébranlable fidélité à sa vocation créative, Louis Roederer exporte désormais, chaque année, vers plus de cent pays à travers le monde. Sans rien céder de l’exigence qui la fonde et de l’expérience qui la nourrit depuis le XVIIIe siècle.

“ L’enracinement des Hommes de Louis Roederer dans la vigne fait la singularité de notre Maison. ”

“ De caractère très septentrional, notre domaine viticole constitue la terre mère dans laquelle nous puisons notre force. Des premiers 100 hectares acquis en 1850 aux 240 hectares de vignoble que nous possédons aujourd'hui, toutes nos parcelles ont été patiemment choisies et acquises sur les meilleurs terroirs de Champagne, dans les Grands et Premiers Crus de la Montagne de Reims, de la Côte des Blancs et de la Vallée de la Marne. L’enracinement des Hommes de Louis Roederer dans la vigne fait la singularité de notre Maison. Chaque vigneron connaît parfaitement ses parcelles et même « ses » pieds de vigne, dont il s’occupe année après année. Ainsi se crée une intimité réelle entre la vigne et ceux qui lui consacrent leur existence.

Nos vins puisent leurs vertus dans la terre. Mais c’est le travail d’orfèvre de nos vignerons et oenologues à chaque étape de leur création qui en fera de grands champagnes. Vignerons-compositeurs, toujours à la recherche de la perfection, les Hommes qui oeuvrent à l’élaboration des champagnes Louis Roederer savent faire fructifier cette terre, particulièrement exposée aux caprices du ciel, par la pratique d’une viticulture sur-mesure adaptée au profil de sol de chaque parcelle. Dépositaires d’une tradition séculaire, ils recherchent la pleine maturité des raisins dans le respect du sol et de la biodiversité. La place grandissante accordée aux principes de la biodynamie leur permet d’enrichir encore la palette de saveurs à leur disposition. ”

Frédéric Rouzaud
Président Directeur Général
Champagne Louis Roederer

 

Un domaine en pleine expansion, fruit d'une intuition visionnaire

En 1845, Louis Roederer décide d’acheter 15 hectares dans le Grand Cru de Verzenay. L’idée, étrange à une époque où le raisin coûte peu de chose, est de devenir vigneron pour mieux maîtriser l’élaboration de ses millésimes. Depuis, tous les millésimes Louis Roederer sont issus exclusivement de nos propres vignes, ce qui est unique en Champagne.

La recherche de la diversité des terroirs, des crus, des parcelles, des cépages,... véritables Climats au sens bourguignon du terme devient une évidence pour la Maison Louis Roederer, et les achats spécifique de lieux sélectionnés pour leur aptitude à produire telle ou telle typicité de vin deviennent la règle. Cette politique demeure toujours une condition essentielle de l’évolution de la Maison. Aujourd’hui, la surface du vignoble s’étend sur 240 hectares.

Cette sélection précise et passionnée aboutit à la création de quatre domaines :

  • Le Domaine « Blanc de Blancs Vintage » est concentré principalement sur le Grand Cru d’Avize. Ces parcelles ont été choisies pour leur caractère et leur aptitude à produire des Chardonnays à la fois intenses, riches et minéraux.
  • Le Domaine « Vintage » est situé sur la commune de Verzenay. On y épanouit la personnalité très septentrionale du Pinot noir qui produit des vins tendus en bouche, marqués par une fraîcheur et une minéralité presque saline. • Le Domaine « Rosé Vintage » est, lui, sur la commune de Cumières aux coteaux très ensoleillés. Cette lumière généreuse permet d’atteindre une forte maturité du Pinot noir exprimant un fruité intense associé à une texture ample et vineuse.
  • Le Domaine « Cristal » s’étend sur les communes de Verzenay, Verzy, Beaumont-sur-Vesle, Aÿ, Mareuil-sur- Aÿ, Avize, Cramant, Mesnil-sur-Oger. Les vins de ces terroirs sont d’une finesse et d’une précision rare. Leurs vertus donnent à Cristal le caractère unique et précieux qui a fondé son immense renommée.

 Le Brut Premier, quant à lui, bénéficie pleinement de cette richesse car il associe, en un assemblage spirituel et complexe, des vins et des millésimes provenant de l’ensemble des domaines.

Louis Roederer : 4 domaines / 240 hectares / 410 parcelles

L’esprit d’un grand champagne émane évidemment de la terre

Notre vignoble se situe au coeur des trois principaux terroirs de la Champagne : la Montagne de Reims, la Vallée de la Marne, la Côte des Blancs. Sa diversité, sa générosité offrent à notre Maison une large et riche palette de caractères et goûts pour créer ses vins de Champagne.

 Les choix de soins adaptés à des profils de sols bien différenciés et la pratique d’une viticulture « sur mesure » permettent d’atteindre un niveau exceptionnel de maturité du raisin.

 

Tout cela évidemment dans le respect de la biodiversité et en accordant une place grandissante aux principes de la biodynamie. À partir de ce travail de précision dans la vigne, l’authenticité de nos vins se révèle en caves grâce à la vinification parcellaire qui garantit le respect de l’origine, la traçabilité des raisins et préserve les équilibres naturels.

Les trois cépages champenois historiques coexistent sur le Domaine Louis Roederer. Le Chardonnay apprécié pour sa minéralité, sa finess et son élégance. Le Pinot noir dont la solide constitution structure les assemblages et les prépare à merveille au vieillissement. Le Meunier, cépage doux et plus effacé, dont la faculté d’adaptation contribue à l’harmonie, à l’assouplissement de certaines cuvées.

 La vigne requiert des soins constants tout au long de l’année. Le sol est entretenu, les pieds sont taillés, la pousse choyée, surveillée, guidée mais c’est au moment des vendanges que la plus intense activité se déploie dans le vignoble.

Les raisins de nos parcelles sont cueillis à la main avec le plus grand soin puis rassemblés dans des paniers et pressés sur les lieux mêmes de la récolte. Le pressurage est une opération très délicate car la couleur du grain ne doit pas teinter le jus qui doit conserver sa blondeur et sa limpidité.

"Les vins de Champagne signés Louis Roederer ont en commun une expression séduisante et directe, une attaque dense, fraîche et racée qui s’épanouit ensuite en un bouquet chatoyant et subtil. Vient alors la vivacité complice de l’effervescence, l’acidité délicieuse. Vins solaires, purs, ciselés, vins d’harmonie doués pour le plaisir, chacun incarne à sa façon le style Louis Roederer… Une recherche toujours renouvelée…
Une pleine maturité des raisins dans le respect du sol et de la biodiversité  Savoir faire fructifier une terre particulièrement exposée aux caprices du ciel. Un travail d’orfèvre qui fait les grands vins de Champagne.
La singularité d’un goût où se mêlent tradition et modernité. Une quête de perfection, un goût de la recherche et de l’expérimentation"

Jean-Baptiste Lécaillon
Chef de Caves
Champagne Louis Roederer

La manufacture Louis Roederer

Les caractéristiques typiques de chaque cru sont conservées jusqu'à l'assemblage

Les raisins de nos 410 parcelles sont pressés sur les lieux mêmes de la récolte. Au sortir des pressoirs, les jus ainsi obtenus sont acheminés jusqu'à nos caves, à Reims. Conservés séparement, parcelle par parcelle, ils sont logés dans plus de 450 petites cuves en acier inoxydable où commence leur fermentation. Les traits de caractère de chaque cru sont ainsi préservés jusqu'à l'assemblage.

Préserver l’originalité des parcelles.

Cette sélection et cette vinificatio dite « parcellaire » assurent le respect de l’origine, la traçabilité du raisin et une connaissance parfaite du fruit de quasiment chaque rang de vigne. Elles permettent de respecter l’équilibre naturel de chaque parcelle. Ainsi, chacun de nos vins exprime naturellement le meilleur de ses origines.

Au coeur de chaque cuve, de chaque foudre, le vin devient un acteur à part entière, avec ses qualités et parfois ses faiblesses, que les oenologues ont à coeu de laisser s’exprimer. À ce stade, se livrent toute la richesse et la diversité des fruits… Le contenu des cuves est goûté quotidiennement puis classé par famille d’arômes, de saveurs, de tempéraments… Toutes les observations des dégustateurs sont soigneusement consignées. Goûtés à nouveau et reclassés sans cesse, nos vins poursuivent ainsi leur évolution vers la pleine révélation de leur personnalité.

Des compositions singulières nées de l’intuition et du talent d’une équipe de femmes et d’hommes, instruite et guidée par le Chef de Caves

Puis, vient le temps des choix et de l’élaboration des assemblages. C’est à partir de l’extraordinaire palette fournie par le vignoble que le Chef de Caves et son équipe élaborent leurs compositions, les cuvées, mises en bouteille au printemps suivant. Ces compositions chaque fois singulières sont le fruit de l’intuition, de la culture et du talent d’une équipe de femmes et d’hommes, orchestrée par le Chef de Caves, garant du style de la Maison. Cette création collective, faite de sensibilités diverses et de talents variés est la clef de la signature Louis Roederer.

Grâce à l’indépendance de notre Maison en matière d’approvisionnement et à la vinification parcellaire, l’orientation des assemblages prend son origine depuis le travail de la terre et des vignes. Elle se poursuit jusqu’à la dégustation. Occasionnellement, des ajustements de ces travaux dans la vigne sont même décidés pour l’année suivante car nous travaillons « sur nos terres » et pouvons ainsi, de façon permanente, tirer des leçons de notre expérience, nos pratiques et notre savoir faire. La situation privilégiée et la diversité du vignoble offrent un choix très riche de vins d’assemblage pour la composition de nos cuvées. Objets de tous les soins dans des caves qui leur sont dédiées, plusieurs milliers de litres des meilleurs de ces vins vieillissent pendant de longues années en foudres : les fameux « vins de réserve », le trésor de Louis Roederer.

Une fois l’équilibre trouvé, le vin est remonté des caves pour rejoindre les bouteilles. On ajoute alors les levures pour provoquer la fermentation à l’intérieur de la bouteille.

A l’issue de ces années, lorsque le champagne arrive à son parfait point de maturité, il doit être « remué » avec soin. Les lies les plus fines, qui le troublent encore sont ainsi lentement recueillies, en inclinant la bouteille. Le remuage, mécanique ou manuel, est adapté à chaque type de vin. Il s’accomplit sur des chevalets de bois inclinés appelés « pupitres » ou dans des casiers de métal. Manuellement pour le Cristal, et mécaniquement pour les autres cuvées, un mouvement de va-et-vient est imprimé à la bouteille inclinée. Cette opération quotidienne et délicate permet progressivement au dépôt de venir se loger dans le col. Ensuite vient le dégorgement. Après une très brève congélation, la bouteille est décapsulée et le bouchon de lies est rejeté spontanément sous l’effet de la pression. Le champagne est désormais limpide et la bouteille parfaitement clarifiée. Vient alors le moment de mettre la dernière touche à l’oeuvre, avec l’ajout d’une précieuse potion : la liqueur d’expédition, un assemblage des meilleurs vieux vins élevés pendant dix ans, un élixir secret à l’influence magique. Les bouteilles reçoivent enfin leur bouchon de liège dit « d’expédition » et leur muselet, une petite cage d’acier torsadé qui solidarise le bouchon au col de la bouteille. Chaque bouteille est enfin contrôlée avant d’être remise au repos six mois minimum en caves et de prendre le chemin des marchés.